La filière cinéma commence (enfin) à prendre son envol à La Réunion

OPJ, castings locaux, courts métrages péï… On assiste enfin au développement et à la démocratisation de la filière cinématographique à La Réunion.

Tournage du premier film de Yaëlle Trulès, "Fwink Fwink"

Tournage du premier film de Yaëlle Trulès, "Fwink Fwink"

Il existe un cinéma à La Réunion. La filière cinématographique se développe. Difficile, mais on y arrive, constate Lolita Tergémina, directrice de casting de la série policière OPJ 974.Ça a commencé bien avant. Mais le fruit commence à se voir maintenant avec un engagement des institutions qui mettent les moyens pour que cette filière prenne son envol” explique-t-elle. “En tant que directrice de casting, je le vois au quotidien : il y a énormément de gens talentueux ici mais le cinéma n’est pas ce sur quoi à priori ils iraient car la filière n’est pas suffisamment démocratisée” estime la comédienne de Blaké

La Réunion, un vivier de talents

Par ailleurs, “le fait de faire des tournages ici, ça révèle des talents. Ça nous permet de prendre conscience qu’à La Réunion on a les ressources humaines et techniques. Aujourd’hui, on a plein de techniciens qui travaillent sur les tournages et qui ont été formés au fur et à mesure” se réjouit-elle. 

Un point de vue partagé par Yaëlle Trulès, l’un des personnages principaux d’OPJ. “Ça va ensemble. Plus il y a de tournages ici, plus nous en tant qu’acteurs et techniciens, on évolue et on progresse. Là, sur OPJ, ce qui est bien, c’est qu’on a des chefs de postes réunionnais”. Avant d’ajouter “qu’en plus de toutes les productions qui viennent de l’extérieur, il y a aussi des productions locales avec énormément de fictions, de documentaires. Ça fait une émulation. Ce n’est pas simplement le côté technique, c’est aussi le côté comédien qui se retrouve forcément grandi”.

casting opj saison3 lolita tergemina 1170

Casting de la saison 3 d'OPJ 974

Pour la réalisatrice de “Fwink Fwink”, La Réunion est une vraie terre de tournage. “Je discutais avec Stéphane Meunier, producteur d’OPJ. Il me disait qu’il n’y a pas énormément de régions de France où on a ce vivier là. En métropole, c’est souvent des parisiens qui se déplacent. Mais des gens locaux et qui sont compétents, autant qu’à La Réunion, il n’y en a pas tant que ça” relate-t-elle. 

Des rôles de plus en plus importants

Avant, il y avait souvent des productions qui venaient ici. En tant qu’acteurs, elles nous proposaient des rôles où il fallait passer trois castings pour au final ne dire qu’une phrase du style “Bonjour monsieur, vous voulez une chambre ? Là, on a des choses plus intéressantes à jouer, avec des panels de jeux et d’émotions très variés” observe celle qui joue la commandante Clarissa Hoarau, dans OPJ. 

C’est en train d’exploser, et ça se confirme au niveau des comédiens. Mais il ne suffit pas de dire qu’on fait aujourd’hui et que demain on arrête. Il faut se demander comment on devient une grande famille réunionnaise du cinéma que l’on perpétue. Nou lé pas plus, nou lé pas moins” clame fièrement Lolita Tergémina. “Après, il n’y en a jamais assez. Il y a toujours énormément de productions qui viennent à La Réunion et qui adorent nos paysages. Mais il n’y a pas que des paysages, il y a aussi des êtres humains" conclut Yaëlle Trulès.