“Être vazaha” à Madagascar : quelle vie pour un “blanc” venu de l’étranger ?

En malgache, un “vazaha” est un blanc qui vient de l’étranger. Il est souvent vu comme riche, selon les clichés locaux. Mais concrètement, être un vazaha (ou "vazaha") à Madagascar, c’est quoi ? Philippe Gaubert s'est posé la question dans son film.

Bande annonce : 

Documentaire de Philippe Gaubert. Durée : 59 minutes. France, Madagascar (2017). Production : Les films de Lili. Je suis d’origine Corse. Ma jeunesse a voulu que j’aille découvrir un ailleurs… Avide d’aventures et photographe, je suis parti d’une île pour en découvrir une autre. Ma destination était Madagascar. Où je vis depuis vingt ans. Je me suis marié à une insulaire malgache et suis devenu père de deux enfants métisses. Quand on est blanc, et qu’on vit à Madagascar on devient un "Vazaha". Qu’est ce qu’être un Vazaha ?

affiche du film "Être vahaza" de Philippe Gaubert

201907 nouveau bouton voir le film 375 c

L’avis d’OI>Film :

Les malgaches savent faire la différence entre le touriste vazaha curieux et respectueux de leur culture, et celui qui vient à Madagascar pour l’exploiter de quelque façon que ce soit : tourisme sexuel, abus de la situation de pauvreté de la population, etc. Pour beaucoup, un cliché subsiste. Le vazaha est riche. Et un terme derrière lequel se cachaient, à l’époque, de nombreux préjugés à connotations négatives. Mais est-ce encore le cas aujourd’hui ? Ces stéréotypes sont-ils toujours pris en compte par les jeunes malgaches, qui n’ont pas connu la colonisation ? 

Dans ce film qui s’intéresse à l’identité culturelle malgache et où le réalisateur, lui-même vazaha, filme également sa famille et fait un autoportrait, il est légitime de se demander : qu’est-ce qu’être un Vahaza ?

À propos du réalisateur...

Philippe Gaubert est né à Marseille. Engagé dans une pratique photographique documentaire d’auteur depuis vingt-cinq ans, et après avoir réalisé de nombreux projets dans l’Océan Indien, il décide de revenir aux sources et de s’installer en Corse. Il a exposé à Madagascar, à La Réunion, en France métropolitaine, à Paris notamment, ainsi qu’en Italie, au Mali et en Norvège. Parallèlement à ses travaux photographiques, il écrit et réalise des films documentaires de création.

Cette année, le cinéaste a en tête deux projets de film documentaire : “Un homme et des Plantes” à Madagascar, et “Une génération de plasticiens” à La Réunion.

Lire l'interview du réalisateur en cliquant ici.