Maurice : le festival de cinéma Île Courts reviendra

[VIDEO]. David Constantin fait partie des réalisateurs mauriciens de renom international. Après plusieurs court-métrages et un long (Lonbraz Kann), depuis l'île Maurice, le cinéaste continue d'avancer sur ses projets. Un prochain long métrage, un documentaire, mais aussi la ré-ouverture en 2021 du festival Île Courts qu'il a créé avec l'association Porteurs d'Images. 

Laurène Mazier 

En plein confinement, à l'île Maurice, David Constantin a accepté de répondre à notre interview. Alors que son court-métrage "Made in Mauritius" a fait son entrée sur le catalogue VOD de OI>Film (voir le film ici), le réalisateur fait le point sur son actu, son cinéma, ses projets...

Nous allons parler du Festival Île Courts, David Constantin explique pourquoi il a été mis en "stand by" il y a deux ans et annonce qu'il devrait reprendre à la fin de l'année 2020. Or, le contexte sanitaire en a décidé autrement. Le festival Île Courts sera donc reporté en 2021 avec un accent mis sur les nouveaux talents. 

Le cinéaste mauricien évoque bien entendu "Made in Mauritius" et nous confie que ce court-métrage était en réalité un test pour son long métrage « Lonbraz Kann ». L'occasion aussi de parler du lien qu'il cultive avec l'esthétique de l'image.

David Constantin raconte comment il compose ses plans et pourquoi. Enfin, le réalisateur de  "Lonbraz Kann" nous parle de ses projets, notamment son second long métrage qu'il a fini d'écrire. Reste à trouver les financements. Co-produit avec La Réunion, toujours avec Fred Eyriey (Lithops Films), cette fiction s'intéressera à la jeunesse mauricienne. Un autre projet est dans les bacs : « nous travaillons à plusieurs sur un documentaire qui se pose la question de savoir en quoi Maurice préfigure ce que ce sera le monde de demain. Un peu comme si nous étions un laboratoire du monde". 

David Constantin : l'interview

[ BONUS ] Lonbraz Kann de David Constantin, le making-off

 

Un cinéaste attaché à la société mauricienne

David Constantin, réalisateur et producteur originaire de l'île Maurice, rentre dans son pays en 2002. « J'avais terminé des études de cinéma en France et je suis rentré à Maurice car j'avais obtenu le financement pour tourner mon documentaire Diego l'interdite ». Une fois sur place, le jeune David ne trouve aucune boîte de production prête à le suivre :  « À part des agences de publicité, il n'y avait rien à Maurice, voilà pourquoi j'ai créé ma propre boite de production Caméléon, qui existe encore aujourd'hui ». Caméléon produit les films de David Constantin et porte également de jeunes pousses du cinéma de l'île Maurice.

David Constantin qui, au départ, n'avait pas forcément prévu de réaliser sa carrière dans son pays natal, ne regrette finalement pas son choix : « Cela m'a permis de faire de belles rencontres, de monter des projets mais surtout, je connais le terrain, contrairement à l'Europe. Dans mon cinéma, j'ai raconté cette société mauricienne que je connais bien ».

Une boîte à outils pour le cinéma de l'île Maurice

En 2007, David Constantin, crée l'association « Porteurs d'images », une réelle boîte à outils (jusque sur le logo!) destinée à structurer et porter la filière du cinéma mauricien. Parmi les choses mises en œuvre : le festival Île courts, aujourd'hui en stand by depuis deux ans. « Nous avons envie de faire une pause avec ce festival pour revoir un peu la formule, trouver d'autres idées. Pas mal de jeunes gravitent autour de l'association et ils ont des idées nouvelles. On s'est rendu compte qu'au fil des années, on ne correspondait plus à l'attente d'un public plus jeune ». Le festival, c'est aussi de la formation et de l'accompagnement de bout en bout pour les réalisateurs, de l'écriture à la production en passant par le financement.

 

Voir les films de David Constantin sur OI>FILM