Festival Même pas peur 2021 : sélection officielle et organisation en mode Covid

Du 17 au 20 février, Saint-Philippe devient la ville du cinéma fantastique avec la 11ème édition du Festival Même pas peur. Au programme, avant-premières de courts et de longs métrages, sélection de films d’animation et projections réservées au public des écoles et collèges…  Le tout avec une organisation particulièrement bien pensée pour respecter le protocole sanitaire.

 Affiche du festival Même pas peur, édition 2021

La programmation du festival Même pas peur a été dévoilée. Durant quatre jours, le public pourra, après avoir réservé sa place par mail (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), découvrir au cinéma Madoré à Saint-Philippe, des films qui, pour certains, “ont décidé de faire leur avant première à La Réunion” souligne Aurélia Mengin, la fondatrice et directrice du Festival. Avant d’ajouter que “notre sélection officielle a pour ambition de présenter des univers esthétiques et narratifs très variés, des œuvres rares et précieuses, qui offrent ainsi au public une vision hétéroclite et contrastée du cinéma fantastique international”.

60 films, 22 nationalités différentes

À travers les 22 nationalités représentées dans “la programmation de notre 11ème édition, Même pas peur dresse une véritable cartographie du cinéma fantastique mondial”. Au menu, une soixantaine de films internationaux, courts et longs métrages, tous diffusés pour la première fois au cinéma à La Réunion "puisque c’est une des contraintes du festival. Par contre, plusieurs en plus d’être diffusés pour la première fois à la Réunion, sont aussi des avant-premières, ce qui signifie qu’ils sont diffusés à la Réunion avant leur sortie en salles en Métropole". Six longs métrages sont à voir en avant-première : "Les animaux anonymes" de Baptiste Rouveure (France), "Lux Aeterna" de Gaspard Noé (France), "Hunted" de Vincent Paronnaud (France, Belgique, Irlande), "Amigo" de Oscar Martin (Espagne), "Possessor" de Brandon Cronenberg (Canada) et "Wendy" de Benh Zeitlin (États-Unis).

On a une très belle programmation. Malgré cette année difficile, on ne souffre pas d’un manque de films, au contraire. C’est l’un des trucs que j’aurai pu avoir peur car c’est ça le vrai enjeu”. Les réalisations projetées viennent ainsi d’Afrique du Sud, d’Allemagne, d’Australie, de Belgique, du Canada, du Danemark, d’Espagne, des Etats-Unis, de France, de Grèce, d’Inde, d’Indonésie, d’Iran, d’Italie, du Japon, de La Réunion, de Norvège, des Pays-Bas, du Pérou, du Portugal, du Royaume-Uni et de Suisse. 

Et pour les sélectionner, cela a été un véritable travail de visionnage qui a commencé “dès fin mars” 2020. “C’est super dur. [Avec Nicolas Luquet, co-organisateur] on en a choisi 60 mais on en a vu tellement : plus de 600 films ! Il y a les films que l’on reçoit, les films que l’on voit dans des festivals… On procède par étapes, il y a des films où on sait déjà qu’ils seront dans la sélection finale, d’autres qui sont pré-sélectionnés. Il y a des films qu’on aimerait prendre aussi mais on a que 4 jours de festival. C’est un crève-cœur car il n’y a pas assez de places pour tous les projeter”. Quoiqu’il en soit, “on est plusieurs à regarder les films pour qu’il y ait une vision du fantastique qui soit variée, et qu’il n’y ait pas uniquement que la mienne” poursuit Aurélia Mengin.

Aurélia Mengin lors de l'édition 2020 de Même pas peur

Aurélia Mengin lors de l'édition 2020 de Même pas peur

À force de travail, on a réussi à convaincre les distributeurs. Le fait que le festival existe depuis quelques années ça a aidé car du coup les distributeurs font confiance et ils ont envie que leurs films fassent leur avant-première à La Réunion, car ils connaissent la qualité de Même pas peur”.

La programmation du Festival se répartit en 5 sélections :

Sélection Longs Métrages Internationaux

Sélection Courts Métrages Internationaux

Sélection Animation

Sélection spéciale pour les Écoles

Sélection spéciale pour les Collèges

Pour la programmation scolaire, “on reçoit toujours plus de 1 000 élèves pour chaque édition. Avec les mesures de distanciation et comme on veut maintenir toutes les séances proposées, on prolonge les séances que pour les écoles, soit le lundi et le mardi d’après”. À noter que "toute la programmation scolaire est validée par un comité d’éducation qui a déjà vu la programmation depuis trois semaines. On leur propose toujours quelques films en plus de ce qui a été initialement prévu. Ensuite, on valide avec eux quels films sont pour quelles classes. Pour les collèges, on fait toujours deux niveaux : 6ème et 5ème, puis 4ème et 3ème”. Un comité composé de professeurs, de conseillers d’éducation, des proviseurs de différents collèges de l’île “pour être sûr des films projetés et ne pas prendre de risque ; car moi je ne suis pas prof et je ne connais pas les sensibilités” des élèves argumente la réalisatrice. 

Découvrez la programmation complète ici.

Un protocole sanitaire strict

Cela fait un moment que l’on communique sur l’organisation en temps de Covid. Je ne sais pas si les Réunionnais se rendent compte de la chance qu’on a d’avoir des cinémas, des théâtres, des musées et des lieux d’exposition qui fonctionnent encore” déclare Aurélia Mengin. Ce qui n’est pas le cas à Paris, “c’est une ville culturellement morte” depuis le premier confinement. “Effectivement, on doit s’adapter mais ça reste quand même une chance” de pouvoir faire ce festival. “Je suis réalisatrice, le tournage de mon deuxième long métrage a été annulé et je sais exactement ce que ressentent les comédiens, les réalisateurs qui ne tournent pas, les producteurs qui sont obligés de fermer leur boîte, les distributeurs qui font faillite… On est vraiment dans quelque chose de très douloureux. Du coup, pour moi, on ne pouvait pas annuler le festival” poursuit la réalisatrice de Fornacis, qui souhaite frapper plus fort que la Covid

Et pour que l’événement soit maintenu, “on s’est adapté. On respecte la jauge à 50 %, c’est-à-dire que la capacité du cinéma est réduite par deux. Au lieu d’avoir 240 places, on a donc 120 places. Mais ça veut dire que l’on a un système de réservation par mail. Les gens précisent la séance qu’ils veulent voir en laissant leur nom et leurs coordonnées pour la traçabilité. Ils doivent aussi présenter leur carte d’identité à l’entrée”, ajoute-t-elle.

La marche à suivre pour réserver sa place au festival Même pas peur

La marche à suivre pour réserver sa place pour le festival.

On travaille avec l’équipe municipale. Le cinéma est un cinéma municipal et ça aide car depuis six mois ils sont dans un système de vraie mise en place de protection sanitaire. On a mis un siège sur deux et en quinconce. Pour pouvoir nettoyer correctement la salle, on a même rajouté des séances le samedi matin. Les séances de court-métrages sont donc moins longues mais on pourra ainsi aérer plus longtemps la salle entre les séances et désinfecter les sièges".

Découvrez la bande annonce de la 11ème édition du Festival :