“Carton rouge” de Mohamed Saïd Ouma, sélectionné à l'IDFA

“Carton rouge” fera sa Première mondiale à IDFA, l'un des plus grands festivals de cinéma documentaire. Le film, qui peint un portrait intime des Comores, est sur le point d’être finalisé. Une collecte a ainsi été lancée.

 IDFA, le festival qui a lieu du 16 novembre au 6 décembre 2020 à Amsterdam, a partagé le 20 octobre dernier la liste des 90 films sélectionnés pour les différentes compétitions , courts, étudiants et jeune public, ainsi que pour les sections non compétitives Frontlight, IDFA on Stage et Luminous. C’est dans cette dernière que le film de Mohamed Saïd Ouma a été sélectionné.

Sélection “Luminous”

“Qu'est-ce que ça fait d'être vivant aujourd'hui ?” Les 20 films sélectionnés pour la section non compétitive Luminous répondent à cette question à partir d'un kaléidoscope de perspectives et de certitudes changeantes. Tous donnent lieu à une pause et à une réflexion, incitant le public à envisager des vies qui ne sont pas les leurs.

Un crowdfunding lancé pour finaliser le film

Le long métrage est sur la dernière ligne droite, puisqu'il reste la post-production à terminer. Une dernière étape cruciale pour que le film puisse aller à IDFA. Si l'objectif est d'atteindre les 7 000 euros, 2 345 euros ont déjà été récoltés. Il reste encore une dizaine de jours de collecte. 

Quoiqu'il en soit, cette sélection fait la fierté de l’équipe et du réalisateur, Mohamed Said Ouma, qui, en vidéo, parle de son film et lance un appel à participation au crowdfunding

Focus sur "Carton Rouge", de Mohamed Saïd Ouma 

Le synopsis du documentaire. “Aux Comores, trois joueuses de l'équipe nationale de basket et leur ancien coach font preuve de force de caractère, choisissent de vivre et de construire leur avenir dans un pays miné par la précarité et l'exil. Le basket est un moyen de s’évader mais aussi de s’exprimer et de se réaliser pleinement. Ici, résister c'est rester”.

Les Comores sont un archipel de l’Océan Indien composé de quatre îles dont une (Mayotte) est restée française après la décolonisation, ce que les Comores et l’ONU condamnent. Dans ce pays miné par la mauvaise gouvernance, la pauvreté et l’exil, pays musulman où les femmes endurent une pression constante, trois joueuses de l’équipe nationale de basket, liées par l’amitié et la solidarité, choisissent de rester. Jour après jour, elles construisent leur autonomie et leur amour pour leur patrie. Le basket est un moyen de s’évader mais aussi de s’exprimer et se réaliser pleinement.

Carton Rouge, film documentaire de Mohamed Saïd Ouma

Oulouhou Mohamed est la plus douée, mais elle est aussi mère et fait vivre son foyer. Elle jongle quotidiennement entre un emploi de serveuse et sa passion pour le basket qu’elle désire transmettre aux jeunes en devenant coach.

Hassanati Halifa est accro au sport. Elle joue à haut niveau au basket, au foot et au hand. Elle fait aussi partie des forces spéciales de l’armée des Comores. C’est une célébrité locale. Hassanati conjugue le sport, le patriotisme et la volonté de protéger sa vie privée de la morale religieuse imposée aux femmes.

Razia Chatoi est la plus jeune des trois. Le basket est pour elle une voie d’évasion et un moment de liberté dans une vie très occupée. Elle dirige le service de facturation de l’aéroport international de Moroni. Razia construit littéralement son autonomie en bâtissant sa propre maison.

La structure narrative du film nous plonge dans le quotidien de ces trois femmes, où s’immisce une quête pour décrypter les tensions politiques entre les Comores et la France ayant conduit au boycott des Jeux des Îles par les Comores en 2015 et où furent sacrifiés les rêves de nos protagonistes de représenter leur pays à un très haut niveau.