"1000 heures à Tromelin" : Comment les esclaves malgaches abandonnés en 1761 ont-ils (sur)vécu ?

En 1761, un bateau transportant des esclaves malgaches s’échoue à Tromelin. Ces derniers sont abandonnés sur place...

Placée sous la juridiction du préfet administrateur supérieur des Terres Australes et Antarctiques Françaises, TAAF, des chercheurs partent très rarement en mission archéologique (à ce jour, il n'y en a eu que quatre ! ) pour y découvrir les vestiges du passé. Avec “1000 heures à Tromelin”, on vous embarque à bord de la mission de 2013 sur cette île.

Bande annonce : 

Un film documentaire de Lauren Ransan. Durée : 38 minutes. France (2014). Le 20 août 2013 a débuté, pour 45 jours, la quatrième mission archéologique sur l’îlot de Tromelin (Océan Indien), l’une des îles Éparses placées sous la juridiction du préfet administrateur supérieur des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). Parti de Bayonne le 17 novembre 1760, l’Utile, une flûte de la Compagnie française des Indes orientales, s’échoue le 31 juillet 1761 sur l’île de Sable (aujourd’hui Tromelin), un îlot désert de 1 km2. Elle transporte des esclaves malgaches, achetés en fraude, et destinés à être vendus à l’île de France (l’actuelle île Maurice). L’équipage regagne Madagascar sur une embarcation de fortune, abandonnant quatre-vingt esclaves sur l’île avec trois mois de vivres et la promesse de venir les rechercher. Cette promesse ne fut pas tenue et ce n’est que le 29 novembre 1776, que l’enseigne de vaisseau de Tromelin, commandant la corvette La Dauphine, sauve les survivants : sept femmes et un bébé de huit mois.

1 000 heures à Tromelin, de Lauren Ransan

201907 nouveau bouton voir le film 375 c

L’avis d’OI>Film : 

Les traces de vie des esclaves malgaches abandonnés sur l’île de Sable en 1761 par la Compagnie française des Indes orientales. Voilà ce que recherchent les archéologues. Isolés, loin de tout. Comment ont-ils pu (sur)vivre dans l’attente que l’on vienne les chercher ? Comment se sont-ils nourris ? Qu’avaient-ils en tête ? Se sont-ils éloignés de leur propre tradition et de leur culture pour pouvoir tenir ? Lauren Ransan a pu assister à cette mission. Chaque coup de pelle des chercheurs, chaque découverte allant de la simple cuillère aux bijoux de fortunes, nous permet de comprendre un peu plus leur perception et leur mental.