fbpx

Thibaut Ras : "C’est le rôle des musiciens d’éveiller les gens"

Thibaut Ras a réalisé “Le prince de la valiha” avec Bertrand Guerry. Sa rencontre avec le musicien malgache Rajery, l’impact de la musique… Entretien.

Thibaut Ras, co-réalisateur du film "Le prince de la valiha"

Interview réalisée par Céline Latchimy-Irissin.

Thibaut Ras est réalisateur mais il a “commencé en tant qu’ingénieur du son et producteur de musique. C’est là que j’ai rencontré Rajery. À l’époque, on produisait son quatrième ou cinquième album. On travaillait avec un autre label, dirigé par Bertrand Guerry. On est donc parti sur un documentaire musical sur Rajery, mais aussi sur la réalisation de mon premier documentaire”. Aujourd’hui, “j’ai arrêté la musique mais je continue l’image”.

OI>Film : Qu’est-ce qui vous a touché chez Rajery ?

Sa musique et toutes les actions qu’il faisait à Madagascar. D’autant plus qu’il joue d’un instrument et qu’il a été amputé d’une main quand il était enfant. On s’est dit que c’était une bonne occasion de parler de lui, de sa musique et de faire un parallèle avec ses actions sociales. Comment son handicap lui a apporté une force pour devenir l’un des meilleurs joueurs de valiha au monde et comment il l’a retranscrit vers les autres ?

OI>Film : Qu’est-ce que cette co-réalisation a apporté au projet ?

Avec Bertrand [Guerry], on a une sensibilité assez commune. J’avais déjà un bagage technique pour tout ce qui est prise de son. Il fallait qu’on soit réactif et qu’à deux on puisse tout faire. On est parti 17 jours à Madagascar. Sur place, Rajery et d’autres personnes nous ont beaucoup aidé sur la logistique. Mais pour la technique (réalisation son et image), on était que tous les deux. Bertrand a un passé de premier assistant, de réalisation en long métrage, d’image. On avait tous les deux un bagage pour pouvoir faire ce documentaire. On avait déjà fait quelques clips ensemble donc on savait comment travailler ensemble.

Image issue du film documentaire "Le prince de la valiha" de Bertrand Guerry et Thibaut Ras

(Copyright : Mitiki)

OI>Film : Les choses peuvent-elles évoluer grâce à la culture et à l’engagement de personnes comme Rajery ?

J’en suis absolument persuadé. La musique peut être vecteur d’un message. Il y a tellement de choses sur lesquelles on peut communiquer, pas forcément négatives. Je pense que c’est aussi le rôle des musiciens d’éveiller les gens sur quelque chose. C’est le rôle de la culture. Mais malheureusement la musique ne le fait pas assez car les gens qui produisent de la musique ce sont de grosses industries et il y a une grosse partie qui le fait pour gagner de l’argent. 

OI>Film : Rajery avait-il conscience qu’il en faisait autant pour les gens ?

Il en avait conscience mais il a aussi quelques ennemis à Madagascar parce qu’il a un peu d’argent. Il a donc eu des problèmes dans le sens où, à cause de certaines personnes, il a vu son dispensaire être fermé pendant quelque temps, tout ça parce qu’il a un peu de moyens. Ce sont plein de choses comme ça qui font qu’il se rend compte qu’il fait des choses différentes des autres.  

Lire l’interview du co-réalisateur Bertrand Guerry, en cliquant ici.

201907 nouveau bouton voir le film 375 c