Sami Chalak : “c’est difficile de faire admettre à quelqu’un qu’on peut manger la tortue sans mettre en danger l’espèce”

“Voyage chez le peuple des tortues” est un documentaire de Sami Chalak. Ce dernier nous plonge au cœur de la pêche traditionnelle de la tortue pratiquée par le peuple Vezo, qui vit sur les côtes de Madagascar. Le cinéaste nous raconte.

 

Sami Chalak, réalisateur de "Voyage chez le peuple des tortues"

Propos recueillis par Céline Latchimy-Irissin.

L’idée vient d’une thèse. “Voyage chez le peuple des tortues” est un film qui part “d’une d’une étude anthropologique de Valérie Lilette, qui, en 2003, a fait sa thèse sur le rapport entre l’Homme et la tortue aux Comores et à Madagascar” explique Sami Chalak. “À Mohéli, ils préservent la tortue et à Madagascar, on la pêche”.

OI>Film : Comment s’est passé le tournage ?

Je suis souvent allé là-bas et j’ai pu faire des images pour le plaisir. L’idée de faire un film m’est venue lors d’un repérage en 2009 avec Jace, pour “Du graffiti dans les voiles”. Il y a des images tournées pour un autre reportage également. Entre 2003 et 2009, tout ce que j’avais filmé avait pour la plupart disparu. J’avais envie de voir les Vezos et leur pêche ancestrale au harpon, avant que cela disparaisse.

Le graffeur Jace dans le film "Voyage chez le peuple des tortues" de Sami Chalak

OI>Film : D’un point de vue moral, c’était difficile à tourner ?

Au départ, j’avais beaucoup de mal à filmer. Il faut dépasser notre regard occidental. Il y a un fossé entre “je pêche de la tortue pour nourrir mon clan” et “je pêche la tortue pour la commercialiser dans les villes”. J’ai pris conscience que si on était resté à ce mode de traditions, le monde se porterait bien. Dès le moment où il y a eu commercialisation et développement, ça a dérapé.

OI>Film : Pourquoi ils ne se nourrissent pas uniquement de poissons ?

Pour le grand public, quelqu’un qui tue une tortue, c’est un sauvage. La pêche traditionnelle de la tortue est essentielle. C’est une viande rouge qui a un véritable apport en protéines. Tu ne peux pas manger que des poissons, sinon tu as une carence.

Des Vezos dans le film "Voyage chez le peuple des tortues" de Sami Chalak

OI>Film : Que pourrais-tu dire aux gens qui pensent qu’ils ne respectent pas les tortues ?

La pêche au harpon est très respectueuse. On se voile la face et on ne veut pas voir que ce que l’on fait est tout aussi cruel. Je pense notamment à l'abattage et l’élevage en série. C’est difficile de voir la tortue se faire dépecer. Mais c’est bien plus respectueux de l’environnement et de la tortue elle-même, que notre attitude d’occidentaux de manger de la viande tout le temps.

Il y a trop de valeurs symboliques autour de la tortue. Depuis qu’on est petit, on nous répète que c’est l’espèce en danger et inoffensive que l’on doit protéger. C’est difficile de faire admettre à quelqu’un qu’on peut en manger sans mettre en danger l’espèce.

OI>Film : À La Réunion, il y a-t-il des choses aussi critiquables ?

Ici on ne mange pas de tortue car ce n’est pas dans nos traditions. Mais il y a la chasse aux tangues. C’est mignon un tangue. Où est le respect des êtres vivants là-dedans ?

201907 nouveau bouton voir le film 375 c