fbpx

Maurice : le festival de cinéma Île Courts reviendra

[VIDEO]. David Constantin fait partie des réalisateurs mauriciens de renom international. Après plusieurs court-métrages et un long (Lonbraz Kann), depuis l'île Maurice, le cinéaste continue d'avancer sur ses projets. Un prochain long métrage, un documentaire, mais aussi la ré-ouverture en 2021 du festival Île Courts qu'il a créé avec l'association Porteurs d'Images. 


Le cinéma à Mada : c'est de la débrouille !

Sitraka Randriamahaly est auteur et réalisateur de films d'animation à Madagascar. Il a notamment signé « Hazalambo, la chasse au lambo » qui lui a valu le Zébu d'Or prix du public aux RFC (Rencontres du Film Court de Madagascar) en 2011. Il nous parle du secteur de l'animation dans son pays et de sa vision d'un milieu constitué d'autodidactes talentueux et emplis d'ambition pour leur art. 


"Plus proche des gens simples que des gros zozos"

Avec son acolyte, Frédéric Lambolez créé En Quête Prod en 2007, une société qui réalise des documentaires. Mayotte et la question de l'immigration, de la départementalisation, Madagascar et la montée des inégalités face aux industries internationales implantées, l'art contemporain à La Réunion... Pour leur dernier film, "Le monde de chez Ti Kaf" (2018) Frédéric et Jean-Marie ont posé leur caméra dans une boutique chinoise. Ambiance sans fioriture pour une photographie d'un patrimoine créole en voie de disparition. Frédéric Lambolez nous explique tout ça. 


"Victimes, rescapés, génocidaires : tous souffrent"

Le 4 avril, le Rwanda commémore le génocide qu'a traversé le pays en 1994. 26 ans après, le réalisateur rwandais Joël Karekezi continue de prôner le pardon. Le cinéaste avait 9 ans lorsque son père a été assassiné dans cette folie meurtrière. Longtemps hanté par une question : "pourrais-je pardonner si je rencontrais son assassin ?". Il en a fait le sujet de son premier long métrage, "Imbabazi, le pardon". Rencontre. 


"Vilaine Fille" : le monde intérieur turbulent d'un enfant maltraité

Ayce Kartal, jeune réalisateur de "Vilaine Fille" revient sur la genèse de son film d'animation primé aux César en 2019. Émouvant, poignant et d'une incroyable sensibilité, le court-métrage aborde la douloureuse thématique du viol collectif sur les enfants en Turquie. La force de "Vilaine fille" réside dans le fait qu'ici, l'auteur nous apporte le point de vue de l'enfant. Pour ce faire, Ayce Kartal, comme pour toutes ses œuvres, s'est littéralement plongé dans la peau du personnage qu'il a animé. Rencontre. 


« Le vrai cinéma africain est encore à naître »

Scénariste réalisateur, monteur, infographiste et aussi artiste plasticien. Doctorant en Arts, Lettres et Sciences Humaines de la faculté de Yaoundé où il enseigne, Yadia Mor-Jougan porte un regard tranchant sur le cinéma africain et notamment sur son financement. Si l'économie l'anime, Yadia Mor-Jougan reste avant tout un artiste et d'ailleurs, lorsqu'il parle de son film, « La Marche », c'est un peu comme s'il nous expliquait un tableau et ses représentations. « Un élan de coeur ». Voilà comment Yadia Mor-Jougan décrit son film. Dans ce court-métrage, le réalisateur évoque un sujet douloureux qui lui est propre : la perte de ses parents.


Carrette : entre l'absurde et la poésie, il n'y a qu'un pas

Infographiste, motion designer, enseignant, scénariste, réalisateur de films d'animation et de fiction ... Olivier Carrette arbore de nombreuses casquettes et voyage d'un univers à l'autre avec brio. En témoignent ses films : des "aventures de Molman", à "Le Mafatais", en passant par "The Nuklear Family"... De l'animation à l'image réelle, le cinéaste nous dévoile différentes facettes de sa personnalité. Improbable et poétique, Olivier Carrette nous en dit plus sur son travail et sur le long métrage qu'il est en train d'écrire.


"J'aime avec peu de limites, tant mieux si cela se ressent !"

Françoise Ellong fait partie de la nouvelle vague du cinéma Africain. La jeune réalisatrice a déjà plusieurs films à son actif dont un long métrage, W.A.K.A d'une puissance et d'une maturité surprenante. Françoise Ellong, lorsqu'elle ne tourne pas, travaille pour des festivals de renom international, elle mène également l'organisation de "Le Film Camerounais Awards" alias LFC Awards qu'elle a créé il y a deux ans. Une cérémonie qui vise à récompenser les talents du cinéma de son pays. Passionnée par le continent africain et ses cinémas, la belle ne compte pas s'arrêter là. Elle a accepté de nous parler d'elle et de ces projets. Rencontre. 


"Un lien fort s'est créé avec les pêcheurs la roue"

Bernard Crutzen parcoure le monde depuis plusieurs années pour réaliser ces documentaires. En 2006, alors qu'il a posé ses valises à La Réunion, il découvre les pêcheur la roue au large du Port. Interpellé par ces embarcations de fortunes (des chambres à air de camion), le réalisateur a décidé d'en faire un film. Bernard Crutzen revient sur cette aventure hors du commun aux côtés de pêcheurs, hors normes, avec qui il a créé un lien fort. 


Clémentine Dusabejambo : un cinéma qui a du sens

Elle est jeune, belle et bourrée de talent. Clémentine Dusabejambo vit et travaille au Rwanda. Scénariste, réalisatrice elle porte de nombreuses autres casquettes qui lui permettent de travailler et de vivre de sa passion pour le cinéma. Alors qu'elle continue de développer son premier long métrage, Clémentine nous parle de ses deux derniers courts « Icyasha » et « Une place pour moi » et de sa vision d'un cinéma africain puissant et lourd de sens, en pleine effervescence. 


Pantaléon : parler de ces hommes que personne ne voit

Un court qui cartonne à l'international (Baba Sifon, 2019). Un long à sortir cette année (Santyé papangèr, 2020) L'organisation d'un nouveau festival "Court Derrière" à La Réunion... Une actu chargée pour un Laurent Pantaléon qui fait partie de ces réalisateurs engagés et profondémment ancrés sur leur territoire. Il y a quelques semaines, nous vous annoncions la sortie de son premier film sur www.oi-film.com. le cinéaste revient donc sur "La face cachée du père Noël", un court qui en dit long sur la vision que porte Pantaléon sur la société ici, à l'île de La Réunion et au delà ! Un hommage à ces "hommmes debouts", ceux qui ne se contentent pas d'attendre pour se bouger, "les marrons d'aujourd'hui".