“Zafair kaya” : un hommage au rasta mauricien qui prônait l’unité

Maurice, 21 février 1999. Le chanteur Kaya meurt en prison. Symbole de la lutte contre les injustices sociales, celui qui est le créateur du seggae, mélange de séga et de reggae, et leader du groupe Racine Tatane, a été arrêté le 16 février après avoir fumé un joint sur scène, lors d'un concert en faveur de la dépénalisation de la marijuana. "Zafair Kaya" de Michel Vuillermet, est un documentaire à (re)découvrir sur notre plateforme.

Bande annonce :

Joseph Reginald Topize, connu sous le nom de Kaya, est retrouvé mort dans une cellule de la prison des Casernes à Port Louis, à Maurice, le 21 février 1999. Il y a 22 ans, sa mort, intervenue dans des circonstances toujours non élucidées à ce jour, provoque trois jours d’émeutes sans précédent dans l'île sœur. Officiellement, il est retrouvé mort, baignant dans son sang, le crâne ouvert, au fond de sa cellule. Une blessure qu'il se serait lui-même faite en se tapant la tête contre les murs selon la police. Pour apaiser les tensions, le gouvernement ordonne une enquête judiciaire qui, malgré le rapport du médecin légiste qui conclut à des violences extrêmes, l'affaire est classée, sans poursuites engagées.

Ainsi, le 21 février 2021 étant la date anniversaire de sa mort, OI>Film vous propose le documentaire de Michel Vuillermet qui essaie de mettre en perspective cette affaire qui a fait polémique.

Le mot “Kaya” désigne la marijuana en Jamaïque. Mais son nom est un hommage à l’album de Bob Marley, son idole. Kaya prônait et chantait l’unité des Mauriciens. Auteur de textes touchants et forts, il dénonçait les injustices et les inégalités qui touchaient le plus souvent les créoles descendants d’esclaves. À son actif : 11 albums, certains enregistrés à La Réunion.

"Zafair Kaya" film de Michel Vuillermet

“Zafair Kaya”, un documentaire de Michel Vuillermet. Durée : 52 minutes. France (2000). Une co-production “Les films du village”, “ICV Maurice” et RFO. Ile Mau­rice, dimanche 21 février 1999, Kaya, un chanteur renommé vient de mourir en garde à vue. Il venait de par­ticiper à un con­cert légal en faveur de la dépé­nal­i­sa­tion des drogues douces. Une contre-autopsie révèle que Kaya a été vic­time de bru­tal­ités policières.

La révolte embrase les villes et les quartiers pop­u­laires où Kaya, chanteur Rasta, précurseur d’un style, le Seggae, était la voix protes­tataire des jeunes de toutes orig­ines, mais surtout des Noirs créoles. Cette nou­velle musique, mix­age entre le Reggae et le Séga, musique tra­di­tion­nelle maurici­enne, est por­teuse d’idées-fortes : métis­sage, fusion, non-violence.

201907 nouveau bouton voir le film 375 c

L’avis d’OI>Film :

Avec “Zafair Kaya”, Michel Vuillermet revient sur la vie de cet artiste militant, symbole de la lutte contre les injustices sociales. Sa mort, à travers la colère des mauriciens et les tensions qui ont suivi, a révélé le fossé entre les plus défavorisés et le reste de la société mauricienne. Un vibrant hommage à ce chanteur qui nous montre le combat et l’incompréhension de ses proches, restés sans réponses. Sa jeunesse racontée par ses frères, son groupe, ses débuts dans la musique… Caméra fixe pour les entretiens et caméra en immersion pour les images d’archives qui illustrent les propos, d’illustrations, Michel Vuillermet nous explique en 52 minutes et avec respect, sans voyeurisme, cette affaire. L’affaire Kaya. Zafair Kaya.